COGNARD Michel

Diacre

1957 :  En fin d’études primaires (CM), je me suis retrouvé en octobre, après la fermeture de l’école privée de Génelard, à Rimont pour continuer le cycle scolaire jusqu’à la classe de terminale, selon le désir du père curé du village et certainement aussi de mes parents
Il convenait mieux que les enfants des familles catholiques pratiquantes poursuivent leurs études en école privée plutôt qu’à l’école publique

1967-1969 : J’ai suivi le premier cycle de théologie au centre de Meylan (Grenoble)

1972-1995 : Après le service militaire en Bretagne et deux années à l’aumônerie scolaire du Creusot la première partie de ma vie professionnelle s’est déroulée dans le secteur de la vente
commerciale VRP dans plusieurs enseignes connues dans la région

1972 : Je me suis marié avec Odile et nous avons eu la joie d’avoir deux garçons : Olivier et Stéphane
Nous avons une petite-fille et un autre petit-enfant s’annonce
Avec Odile, nous nous sommes engagés dans différents mouvements et services d’Église, caté, aumônerie, etc., et aussi dans différentes associations non confessionnelles
Pour moi, la FCPE (Fédération de parents d’élèves) régie de quartier, Amis du CADA, alphabétisation

1995-2002 : Je suis devenu APS (animateur en pastorale scolaire en collège à Chagny et à Chalon-sur-Saône)

2003 : Je suis diacre en mission pastorale sur le Bassin Minier notamment la paroisse Saint-Luc (Saint-Vallier)

Le diaconat

Plusieurs fois des appels au diaconat de la part de prêtres et de laïcs m’avaient été lancés sans que suite soit donnée. Dans les années 1990 je me questionnais, sur un engagement plus spécifique, cela après deux périodes de chômage éprouvantes ou Odile m’a beaucoup soutenu. C’est en 1994, après une longue rencontre avec un ami prêtre qui m’a invité à réfléchir au diaconat permanent que nous avons pris la décision, avec le responsable du diaconat de nous orienter vers une année de discernement à la grâce de Dieu et en accord avec nos enfants
C’est ainsi que de 1995 à 2000, nous avons cheminé avec d’autres couples, dans la formation mensuelle

2000 : J’ai été ordonné le 21 octobre à Montceau-les-Mines par Mgr Séguy en même temps qu’Alain Vallet (Blanzy)

Il était important pour nous de célébrer cette ordination dans notre lieu de vie, accompagnés de tous ceux qui nous ont entourés et aidés, adultes de nos milieux professionnels, enfants, jeunes des collèges.

Ma mission est orientée vers les plus pauvres, les gens du « seuil » et depuis que je suis en mission paroissiale : accompagnement des familles et célébration de baptêmes, mariages et obsèques.

Je suis attaché à cette facette « ministre du seuil » de la fonction diaconale que me font vivre des activités dans la société civile mais aussi nombre d’activités ecclésiales. Du fait de ma mission en service paroissial, j’exerce bien plus souvent le ministère de la Parole dans une célébration qu’au moment de mon ordination. Pour moi, ces deux facettes s’articulent aisément dans la mesure où je rencontre nombre de personnes qui sont bien loin de l’Église.

Je suis heureux de rendre visite à des familles pour la préparation des célébrations (baptêmes, mariages, funérailles) et heureux de voir que cette démarche est appréciée par la plupart de ceux que je rencontre dans ces circonstances.

Une meilleure connaissance de la mission et du rôle des diacres me paraît nécessaire tant de la part des prêtres que des chrétiens et des personnes qui demandent des services à l’Église. Souvent, le diacre apparaît comme le remplaçant du prêtre quand il n’est pas disponible. Certains prêtres me disent ne pas savoir que lui demander d’autre.

Mon espérance est d’être, toujours un peu plus, ministre du service des autres par l’annonce concrète de l’Évangile dans notre monde, dans l’entourage immédiat où nous avons à vivre cette mission de serviteur.

Personnes

Evêques
Prêtres
Diacres
Gens de l’ombre

Filtrer par nom ou par mot clé :

Groupes

Communautés Religieuses
Laïcat

Filtrer par nom ou par mot clé :